Que faire en cas d’arrêt de travail pour maladie simple d’un salarié ?

Partager

Dernier Tweet

Toutes les informations à retenir en cas d'arrêt maladie simple, non professionnel d'un salarié à domicile.

Justification de l’absence

Le salarié doit faire parvenir son arrêt de travail dans les 48 heures. À défaut d’obtenir un justificatif d’absence dans les deux jours, l’employeur doit se rapprocher de son salarié.

L’attestation de salaire 

A réception de l’arrêt de travail, l’employeur doit établir l’attestation de salaire, disponible sur le site de la CPAM : www.ameli.fr.  C’est avec cette attestation que l’assurance maladie va déterminer les droits à indemnisation de la salariée et, le cas échéant, calculer le montant.

Indemnisation complémentaire – IRCEM Prévoyance

Dès la déclaration d’un arrêt maladie auprès de la Sécurité sociale, l’Ircem Prévoyance est automatiquement informé pour étudier et verser les droits d’indemnisation complémentaire, à compter du 8ième jour d’arrêt. 

Bon à savoir : Le particulier employeur n’a plus besoin de remplir un bordereau de demande pour ce type d’arrêt. Ce dispositif s’appelle Prest’IJ

Visite médicale de reprise

Si l’absence du salarié dure plus de 30 jours, l’employeur doit organiser une visite médicale de reprise auprès d’un service de santé au travail.

A noter :

  • L’employeur n’est pas tenu de maintenir la rémunération du salarié pendant la durée de l’arrêt de travail. 
  • Le salarié n’acquiert ni ancienneté, ni congés payés, ni heures de CPF pendant la durée de l’arrêt de travail pour maladie simple.